Malou au Pérou

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Fiestas y ferias

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, octobre 12 2009

Yunguyo – Festividad San Francisco de Borja

Tous les ans du 8 au 12 octobre, à Yunguyo, c’est la Fêtes de San Francisco de Borja, un saint local, aussi appelé Tata Pancho, ayant évangélisé la région. Pendant 5 jours toute la ville est en fête et on peut assister a des concours, des pasacalles (danses et musiques dans les rues), des concerts et bien sûr des messes, tous ça bien sur abondamment arrosé.

Une des reserves de biere

J’etait a Yunguyo la journée du samedi, qui a commencé dès quatre heure du matin par des pétards. Puis dans la matinée a lieu une messe en l’honneur de Tata Pancho (a laquelle je n’ai pas assisté). Vers 11h la procession de Tata Pancho parcours les rues avec en tête un prêtre bénissant la foule.

Procession

Durant toute la matinée on peut voit des gens se preparant pour le grand concours de danses de l’après midi.

Rencontre dans les rues

Quelques costumes

Puis, officiellement de 11h a 15h, mais en réalité de 13h a 20h (les horaires péruviennes sont très aleatoires), se déroule le concours de danses qui commence avec miss Perou, puis suivent tous les groupes de danse avec les fanfare. Certains dansent la Diablada, d’autres la Morenada ou encore la Saya, chacun avec des musiques et des costumes différents mais tous très colorés.

Le concours de danse

La soirée se termine dans l’alcool (comme elle a commencée) et la musique, chaque groupe ayant son propre concert privé.

mardi, septembre 29 2009

Fiesta de la virgen de las Mercedes

Le 24 septembre, c’est la fiesta de la virgen de las Mercedes, une personnalité importante dans la région de Puno. Ce jour est donc un jour férié local , et on peut dormir jusqu’á ce que des pétards nous réveillent.

Cependant, la matinée reste assez calme. On peut voir sur la plaza de armas un régiment de militaires attendant la levée des drapeaux (celui de la région, et celui du Pérou), et devant certains bâtiments ( notamment la municipalité et le collège San Roman), on trouve des autels avec des représentations de la vierge.

Autel



La fête commence vraiment dans le courant de l’après midi, avec la parade. La parade débute vers 2h et se poursuit jusqu’à 10 heures. On peut voir alterner des groupes de danseuses, des groupes de danseurs, et leurs orchestres, dans des costumes très décorés et très coloré, avec des chapeaux à plumes ou à rubans. Certains dansent la Morenada, d’autres une autre danse dont j’ai oublier le nom…

Une fanfare

Les femmes portent de grandes robes, parfois 5 ou 6 les unes par dessus les autres, et les hommes sont soit en smoking, soit avec des costumes traditionnelles. Il y a aussi des personnes déguisés en ours, et d’autres en vaches, qui dansent également. La grande majorités des danseurs ont de grosses crécelles, souvent en forme de voitures, parfois de chulpa (tours incas) ou de tonneaux, et accompagnent leurs orchestras, et certains ont des grelots accrochés aux jambes.

Danseurs Danseuses Danseuses avec crecelles

Comme pour toutes les fêtes d’ici, ça s’arrose à la bière, qui se vend directement dans la rue par bouteilles. Les danseurs ne sont pas oubliés puisque les spectateurs leur offrent des verres, parfois en échange d’un pas de danse ou d’une bise (si vous êtes un gringo, c’est plutôt les danseurs qui viennent vous chercher pour danser). Ici, pour boire la bière, il n’y a qu’un verre pour tous (par groupe d’ami). On se sert, on passe la bouteille, on boit, on vide la mousse par terre (et ça marche pareil si on est dans une salle), on passe le verre et on attend son tour. On boit comme ça tout au long de la parade autant dire qu’à la fin tout le monde ne rentre pas par le chemin le plus court, et même les danseurs ne dansent pas droit.

Enfin dans la soirée, on peut faire un tour á la feria (fête foraine) qui est là pour quelques semaines. On y trouve à manger (des pop corns de mais ou de pâtes, des pommes d’amours, et des brochettes de chamalow au chocolat) et tout un tas de jeux : lotos, babys foots, manèges, grande roue, tir à la carabine à bouchons…

Grande roue Jeux oú il faut lancer 10 centimes de soles et, si la pièce atterri bien à l’interieur d’un rectangle sans en toucher les bords, on gagne la somme indiquée.

jeudi, septembre 24 2009

Juliaca 5ieme edition : Dia de la Juventud y del estudiante

Aujourd'hui Mercredi 23 septembre, c'est le premier jour du printemps ici au Pérou, mais, a Juliaca c'est aussi le jour de la jeunesse et des étudiants. Dans la plupart des collegios (collège lycées) et a l'université , les cours sont suspendus (ou du moins en partie), et des activités sont organisées.

A l'université, chaque département organise sa petite fêtes avec les étudiants et les professeurs. J'ai assister (et participer) à celle du département pharmacie et Biochimie (là où étudie Pierre , mon frère d'accueil). Après un première heure de cours normale, tous se retrouve dans une grande salle au rez de chaussée.

On commence, par un discours des professeurs, suivi de la remise de prix pour les meilleurs élèves.

Discours des professeurs

Ensuite des concours sont organisés, concours de danses, concours du plus gros mangeurs (auquel Pierre a participé et a perdu...)

Concours du plus gros mangeur, avec Pierre en jaune

Puis, avec le club de Leones (un club-service universitaire dont je suis menbre) et les assistantes sociales, a eut lieu une séance sexualité responsable et contraception , avec distribution de Tee shirt, prospectus et bien entendu preservatifs (que j'étais charger de distribuer).

Enfin la petite fête s'achève avec un groupe de danseurs traditionnelles.

Danses traditionnelles

Dans les collegios, le programme est sensiblement le même : concours, jeux, et tournois sportifs.

Le soir, les étudiants sortent et se retrouve pour faire la fête, le plus souvent en boite de nuit

dimanche, septembre 20 2009

Juliaca 4ieme édition : Rites sur le chemin del cristo blanco

Sur le chemin menant au "cristo blanco", on trouve un melange de christianisme et de religion paienne.

Chaque trois mai, sur le debut du chemin, a lieu une double fete : la Feria de Alasita et la Fiesta de las Cruces. Alasita est un mot aymara (un dialecte des andes) qui signifie "achete-moi". Ainsi, durant la Feria de Alasita (aussi appelée fete des miniatures), on peut acheter des petites voitures, des petites maisons de terre (il en reste d'ailleurs en grand nombre au bord du chemin) ou des "metiers" (en fait des diplomes symboliques) qui devraient devenir realité peu de temps après.

Petites maisons de terre

On trouve aussi sur le chemin l'Ekeko (ou du moins sa statue)qui la principale divinité paienne de cette feria et qui reprèsente l'abondance, la joie, l'amour, la prosperité et la fortune. Le trois mai, on habille cette statue avec de nombreux vetements très colorés.

El ekeko

La Fiesta de los Cruzes (fete des croix), est un fete catholique superposée a une antique fète de la religion andine durant laquelle on venerait la croix du sud (la grande ours de l'hemisphere sud). Aujourd'hui c'est une fête où l'on venère chaque croix catholique, et comme on en trouve une vingtaine le long du chemin menant au cristo blanco, c'est principalement ici qu'elle se déroule.

Trois croix

Plus loin sur le chemin, on trouve une sorte de gigantesque thèatre, oú durant chaque fête, et particulièrement durant le carnaval, se pratique des danses traditionnelles en costumes. Durant ces représentation toute la colline est remplie de spectateurs.

Cristo blanco : vue d'ensemble et theatre

Puis on arrive enfin au cristo blanco, une très grande statue christ toute blanche placé sur une plateforme de laquelle on a une très belle vue sur tout Juliaca et les montagnes alentours. Au pied de la statue se trouve un hotel où la population apporte de la nourriture, des fleurs ou du vin, et on y trouve presque toujours des personnes en train de prier.

El cristo blanco

En contrebas de la plateforme, on peut rencontrer des personnes réalisant el pago à la tierra (le paiement à la terre), c'est a dire des offrandes à Pachamama, la déesse Terre inca. Ils font bruler des sortes de petites maison de bouses de vaches sechées remplies de feuilles de coca, de patisseries et de fleurs, et les arrosent d'alcool.

Pago a la tierra

Pour terminer avec les cultes andins, il parait que plus loin, dans les mines, on pratique toujours le sacrifice humain, mais ça, je n'y ai pas assister.